LES POISSONS RECHERCHES

TRUITES : La Suir contient une importante population de truites farios sauvages (1 truite adulte pour 4m³) dont le poids s'échelonne de la demi-livre à 4 kg et plus pour certains gros géniteurs. La rivière étant très riche en micro-faune (larves, nymphes, gastéropodes, insectes terrestres, crustacés etc.) la pêche à la mouche sous toutes ses formes (sèche, nymphe, noyée) ainsi que la pêche au toc et la pêche au lancer (leurres métalliques, poissons nageurs, leurres souples) donnent d'excellents résultats de la fin-Avril jusqu'à la fermeture fin-septembre. 

  Si la moyenne des poissons tourne autour de 300 à 400gr, il n'est pas rare de prendre régulièrement de gros spécimens de plus de 5 livres en pêchant au streamer ou bien en pêchant le saumon à la mouche ou au lancer. A la mouche, les plus grosses truites sont généralement capturées au " coup du soir " sur des spents d'olives à ailes bleues (la fameuse BWO) ou sur des gros sedges qui éclosent souvent à une heure très tardive (la pêche est autorisée 24h sur 24h en Irlande…).

   Chaque année, dans le parcours de Poulatrass, le plus proche de la limite de la marée, il se prend aussi un certain nombre de truites de mer, mais certainement pas en nombre suffisant pour justifier la promotion de leur pêche dans cette rivière.

  Tous mes clients pratiquement sans exception sont surpris par l'extrême combativité de ces farios et leur tendance à faire de nombreuses chandelles hors de l'eau comme le font les truites arc en ciel. Vous attelez à une truite de la Suir de plus du kilo est un challenge que je vous souhaite de vivre un jour...

  Malgré la densité impressionnante de poissons dans la rivière ces truites sont souvent difficiles à leurrer et elles testeront sans aucun doute votre technique, votre sens de l'eau mais aussi souvent votre patience. 

 Pour bien réussir à la truite sur la Suir, il est impératif de pêcher fin (10/12/14/100), avec de longs bas de ligne (souvent 5.50m en été) et de très petites mouches (nombre de mouches françaises déjà présentes dans vos boîtes réussissent très bien sur la Suir et ses affluents. Les mouches à ombres et autres imitations de simulies et de micro-moucherons sont aussi un "must" dans vos boites car bien que nullement surpêchés sur mes parcours, ces poissons se montrent en règle générale d'une méfiance remarquable.

 Si la Suir est surtout réputée pour la qualité de la pêche à la mouche qui s'y pratique, il est intéressant de noter que le début et la fin de saison ( fin-avril, mai et septembre) sont des périodes où la " pêche au toc " donne aussi d'excellents résultats sur cette rivière. Si les niveaux d'eau sont corrects juin et juillet permettent aussi d'obtenir de se régaler a ver (la pêche à l'asticot est interdite en Irlande et la pêche à la teigne ne donne pas de bons résultats)( lire la suite, "pêche au toc" par J J Chaumet)

SAUMONS :

  Si la réputation de la Suir n'est plus à faire en ce qui concerne la qualité de la pêche à la truite qui s'y pratique, il est indéniable qu'elle est nettement moins connue comme destination pour la pêche du saumon atlantique et pourtant cette rivière est chaque année le témoin privilégié d'importantes remontées de saumons de février à décembre. Lorsque les conditions sont favorables (petites crues successives tout au long de la saison qui incitent alors les bancs de saumons à s'engager dans la rivière et à commencer leur lente remontée vers leurs lieux de reproduction, niveau et température de l'eau adéquate etc..) la pêche au saumon donne souvent d'excellents résultats. Il n'est pas rare ces dernières années de prendre en début et en fin de saison des poissons de plus de 20 livres. Les rapports officiels des Pêcheries Irlandaises confirment que, chaque année, la moyenne des tailles des poissons capturés dans la Suir est nettement supérieure à celles des autres rivières de l'île. 

  Grace à la politique "assurance survie" de la nature, ces saumons ne remontent pas tous à la même époque et les remontées de ces salmonidés migrateurs sans la Suir peuvent se diviser généralement en trois catégories principales :

 

- Saumons de printemps (10/25 livres +)

  De fin-février à la mi-avril (ces dernières années quelques fois plus tardivement). Poissons de taille imposante, gras comme des porcelets (peuvent atteindre parfois plus 1m pour 30 livres et + /mon record personnel est un poisson de 15,2 kg pris à la mouche en 2012) et à la défense puissante et agressive, ils sont le rêve de tout pêcheur de saumon qui se respecte. Leur pêche se révèle être néanmoins souvent difficile, pénible et souvent frustrante (eaux fortes et froides, temps généralement glacial au début de saison, wading délicat) et seuls les locaux les plus mordus tentent l'expérience saumon souvent décevante à cette époque. 

  Qui plus est, au tout début de la saison de pêche (17 mars le jour de la Saint Patrick) la rivière est encore remplie de "ravalés", gros géniteurs  ayant frayé et qui dévalent lentement la rivière pour essayer de rejoindre les eaux de l'océan atlantique. Ces poissons, qu'il est d'ailleurs illégal de capturer (amende de 500 € minimum à l'appui!) sont généralement d'une extrême maigreur et, étant affamés après leur jeûne forcé de plusieurs mois et leurs ébats amoureux fougueux pendant l"hiver, ils ont tendance à se jeter sur m'importe quel leurre…malheureusement pour eux, ils ne survivent que fort rarement les rigueurs d'un long combat à cette époque. 

 Ceci est l'une des raisons majeures pour laquelle je ne débute chaque année ma saison de pêche que le 1er mai, période à laquelle les conditions de pêche sont nettement plus agréables et les résultats nettement moins aléatoires. Au tout début de saison, les eaux sont fortes et froides et,de ce fait, les méthodes employés par les locaux sont le plus souvent la pêche aux engins métalliques (surtout les cuillers "Quimperloises" rouges et noires), la pêche au rapala et celle à la mouche avec des "shooting heads" et des gros tube-flies en laiton fortement lestés.

  Capturés au début-mai, ces poissons magnifiques auxquels pas une écaille ne manque, sont de vaillants combattants et sont définitivement le "Nec plus Ultra" de la pêche du saumon sur la rivière Suir.

- Castillons (Grilses) et saumons d'été : (4/8 livres)

  Les Grilses (appelés Pale ou Peal en Irlande) remontent désormais souvent de la fin-Avril jusqu'à la fin-juillet. Fantasques et très combatifs, ils prennent très bien une petite mouche présentée en soie flottante ou bien à l'aide d'une soie à pointe plongeante. Ils ne dédaignent pas non plus une petite Mepps N°2 pêchée d'amont vers l'aval et se sont aussi montrés friands de petits rapalas truite.

  L'usage de petites quimperloises noires ou rouges donnent d'excellents résultats en débuts et fins de crues lorsque les eaux sont encore trop fortes et trop colorées pour sortir les grands fouets.

  L'arrivée de ces castillons coïncident avec la remontée des lamproies marines qui les parasitent afin d'atteindre leurs frayères de la Basse-Suir. C'est un spectacle étonnant que de voir un petit saumon de 3 kg remonter le courant avec une lamproie attachée près de sa queue... Ces " rémoras d'eau douce" se détachent de leur hôtes provisoires dès qu'ils sont parvenus sur des fonds propices à leur reproduction.

  Depuis plusieurs années, dans toutes les îles britanniques, le poids moyen des castillons semble être en légère diminution (le résultat probable d'une pêche côtière trop importante!) et le poids de la grande majorité de ces saumons de l'année s'échelonne désormais entre 3 et 6 livres. Frais remontés, ce sont des poissons très combatifs qui se défendent avec acharnement. Ils acceptent souvent très bien une petite mouche bien présentée et, pêchés à l'aide d'une canne à 1 main, ils se révèlent être des adversaires de qualité.

 Dès le mois de juin, les saumons d'été se joignent à eux et, profitant de ces crues estivales ils remontent régulièrement durant les mois d'été. Ils se différencient morphologiquement des "Pales" par une tête généralement plus effilée et par un profil plus trapu  Leurs poids s'échelonnent généralement entre 4 et 10 livres. Eux aussi semblent apprécier particulièrement les petites mouches artificielles (hameçon taille 10, 12) pêchées avec des soies DT flottantes mais ils se laissent aussi souvent tentés par une petite Mepps ou bien une petite Quimperloise pêchées rapidement d'amont vers l'aval.

 Durant la période d'eaux basses pendant la période estivale, la pêche en soie flottante s'impose et les mouches employées doivent souvent être très petites et très peu fournies ( 10/12 et même parfois 14). C'est le moment de sortir de vos boites vos mouches à montage "low water" et d'affiner la pointe de votre bas de ligne ( jusqu'à 22/100 parfois) afin de ne pas entraver la nage de ces artificielles de petites tailles

- Saumons d'automne : (10 /25 livres + )

 Si la fin de l'été est humide, les premiers saumons d'automne commencent généralement à remonter dans la Suir vers la 2ème semaine du mois d'août. Ce sont généralement de grosses femelles dont le poids est rarement inférieur à 5 kg. Le gros de la troupe des fameux "Late Harvesters" remonte durant les mois de septembre et ceci jusqu'au début décembre environ, période à laquelle ils commencent à remonter en nombre les principaux affluents de la Suir comme l'Anner, la Nire, la Tar et l'Aherlow pour s'y reproduire.

  Septembre est définitivement "le mois des saumons". Les grandes et fortes marées d'équinoxe favorisent les remontées des saumons    en bancs nettement plus importants. La proximité de la fraye rend aussi ces poissons frais montés nettement plus mordeurs que les poissons ayant résidé pendant plusieurs semaines ou même plusieurs mois dans dans les pools d'arrêt de la Basse-Suir. 

  A cette période, la pêche au grand fouet se montre souvent être la méthode la plus efficace. Au début du mois, les eaux se refroidissant, l'emploi d'une soie intermédiaire ou d'une soie à pointe plongeante donne la plupart du temps de meilleurs résultats qu'une soie flottante. Les eaux étant souvent plus fortes et les courants plus marqués, la taille des mouches à employer doit aussi augmenter (4/6/8).

  Dès le milieu du mois, avec l'approche de l'équinoxe, les vents forcent et de ce fait, les soies "shooting heads" et les tubes-flies sont alors privilégiées par la majorité des pêcheurs présents.

  La pêche au lancer donne aussi de bons résultats (Quimperloise noires, rouges et jaunes, cuillers ondulantes et rapalas) mais le poids des leurres employés doit être lui aussi parfaitement adapté aux conditions du moment.

 

La dualité de pêche possible sur la Suir est un définitivement l'un des gros points forts de cette superbe rivière car, si d'aventure les saumons boudent (ce qui arrive malheureusement très souvent avec ce poisson fantasque), vous pourrez toujours vous rattraper sur les belles farios sauvages de la rivière. 

 

                                                                

ACCUEIL                                                                COURRIEL